Ces derniers temps, regarder les informations est synonyme de prozac. Réchauffement climatique, intelligence artificielle tueuse, entreprises démiurges, guerre nucléaire etc. Et le plus intéressant, et c’est bien là la joie des réseaux “sociaux”, c’est de regarder les commentaires sous les articles, dans les publications, en réponse de la réponse d’une réponse et finalement, pour dire quoi ?

Que tout ça c’est la faute des médias, ou des francs-maçons ? Que de toute façon “on va tous crever ptdr” ? Que tout ça c’est les méchants politiciens qui nous cachent la vérité et que nous, les “citoyens exemplaires”, nous sommes trop stupides pour réagir ?

Comme le dit quelqu’un de bien plus avisé que moi “on ne change pas les choses avec des constats”. Alors il me semble intéressant d’évoquer les questions simples derrière ces comportements. Deux questions que beaucoup devraient se poser avant d’écrire sur Internet.

  1. Qu’est ce qu’on en a à foutre de donner son avis sur Facebook et de se faire du mal en lisant des articles de médias douteux, pour ne pas dire mauvais (oui, j’en vise un en particulier qui est plus proche de la littérature de maternelle que du vrai site d’information). En effet, qu’est-ce que cela apporte de se faire du mal en ligne en essayant de convaincre des trolls ou des ignorants ?
  2. Et si dans le fond, tout cela n’était pas si pessimiste ? Nous voyons en effet des choses atroces, des changements profonds de paradigmes etc. Mais n’est-ce pas là aussi l’apanage du progrès ? Dans l’histoire de l’humanité, vous voyons que ce sont les périodes de trouble qui ont le plus apporté : la Renaissance après les croisades et la peste noire, les 30 glorieuses après les 2 guerres mondiales etc etc. Ainsi, nous pourrions penser qu’il ne s’agit que de la fin d’un cycle et le début d’un nouveau, plutôt que de se lamenter sur la fin du monde et notre supposé immobilisme.

Tout ça pour dire que si la technologie et le Monde évoluent, nous avons le choix d’évoluer avec eux et d’en faire des choses biens, ou de les laisser nous dominer et se plaindre. A nous de voir 😉


0 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *